Disquaire Day : La Femme et Mustang

Hier, c’était le disquaire Day. Première fois que j’assiste à cet évènement et le moins que l’on puisse dire c’est que je n’ai pas été déçue ! Le disquaire Day pour ceux qui ne connaissent pas c’est une fête qui célèbre les disquaires, les labels indépendants et les amateurs de musique. Le disquaire Day a commencé en 2007 aux états-Unis et au Royaume-Uni, où on peut assister à des rencontres ou des mini-concerts. En France, il s’agit de la quatrième édition, alors si vous l’avez loupé, notez cet évènement dans votre calendrier pour l’année prochaine. Pour cette journée, j’ai vu deux artistes sur scène: La Femme et Mustang.

La Femme

C’est par curiosité que je me suis rendue sur la page de La Femme (après avoir écouté Mustang… Comme c’est étonnant!) pour voir s’ils avaient une date de prévue prochainement. Ça n’a pas manqué ! Il passait le jour-même dans quelques heures en concert gratuit. J’ai proposé à un ami de m’accompagner et nous voilà parti. Les voir sur scène est une chose que j’attendais depuis que je les ai découvert il y a un an.

La Femme est un groupe qui s’est constitué en 2010. Bien que leur premier album est sorti en avril 2013. Ils n’ont pas attendu si longtemps pour faire parler d’eux. Ils ont enchainé les festivals en France comme à l’étranger et à peine sorti, « psycho tropical Berlin » est classé dans les meilleurs albums de l’année par les Inrocks. La pochette et le titre annonce la couleur: un mélange de plusieurs genres entre rock electro pop new wave et un peu psyché. L’ensemble est réussi puisqu’il forme un cocktail détonant. Dès qu’on les écoute, il se passe un truc. On est embarqué par le rythme tantôt rapide de Nous étions deux ou entêtant de La femme ressort et on n’a pas envie que ça s’arrête (si La Femme me lit, comprennez le message subliminal « vivement votre prochain album »). Ils chantent en Français et l’assument pleinement. Mais le plus incroyable c’est qu’aucune de leur musique ne se ressemble. Il y a une continuité, mais sans que leur chanson ne se répète, si bien qu’on ne s’en lasse pas. Si vous écoutez Amour dans le motu et deux pistes plus loin Hypsoline dont l’influence de Gainsbourg est clairement perceptible, vous remarquerez que vos oreilles ne s’ennuient nullement. Lorsqu’on écoute écoute chaque piste pour la première fois on ne sait pas à quoi s’attendre. La Femme parvient à nous surprendre et c’est ce que je trouve génial.

Lafemme

Pour en venir au concert maintenant, qui avait lieu à 18h « sous le soleil exactement » place de la république, je le définirai de « trop court ». Eh oui, une demie-heure seulement, mais c’était tellement inespéré que je les vois, là, ce jour, que mon bonheur était immense pendant ces 38 minutes. Ils nous ont joué plusieurs morceaux de leur album tel que Antitaxi, Nous étions deux et it’s time to wake up (2023). Probablement quelques morceaux de leur nouvel album également car je ne les ai pas reconnu. Petit coup de coeur pour « la vie s’écoule ». « Mais la vie c’est cool, ou la vie s’écoule ? » demande quelqu’un devant. Il faudra probablement attendre leur prochain CD pour le savoir. Ils ont parlé de 2016…Ça me rend impatiente, mais ce que ça va être long !

_________________________

Mustang

J’ai enchainé avec le concert de Mustang. Vous vous souvenez ? J’ai écrit un petit article pour vous faire découvrir ce groupe. Lorsque je leur ai demandé s’ils ne passeraient pas « à tout hasard » dans la salle des trois baudets prochainement, ils m’ont répondu qu’ils s’y produieraient le 18 avril. Je n’y croyais tellement pas qu’apprendre une telle nouvelle m’a ravi et rendu impatiente. J’allais les voir ! Mustang, c’est mon groupe du moment, celui qui me met de bonne humeur le matin quand je chante Anne Sophie et me donne un sentiment de pleinitude quand je danse sur Le pantalon le soir en rentrant chez moi.

À 19h30 j’étais déjà devant la salle. J’aime arrivé un peu en avance, mais de toute évidence, là j’étais vraiment en avance, car le concert n’allait pas débuter avant 20h30. J’ai eu le temps de passer deux coups de fils, manger mon sandwich jambon-emmental et ma compote pomme-rhubarbe (intéréssant hein ? Mais je veux que vous compreniez à quel point j’ai attendu de les voir), les croiser à l’extérieur (smile), admirer Pigalle et détailler chaque prospectus des trois baudets. L’ouverture de la salle s’est fait environ vingt minutes plus tôt. Je me suis installée à mon habituel place, 3eme rang, première place de gauche (eh oui, à force de venir dans cette salle on prend ses petites habitudes). La fille devant moi disait « nan mais c’est possible, on ne va pas rester assis quand même ? Pas pour Mustang ! J’ai l’impression qu’on est des petits vieux qui allons assister au concert de Julien Clerc.  » De toute évidence, toute aussi excitée que je l’étais de les voir et ne supportant pas l’idée de ne pas profiter à fond de ce moment.

Mustang1

Les Mustang arrivent sur scène. La fille de devant se met debout et quelques personnes la suit dont moi. J’avais été tellement frustrée de rester assise pour Zaza Fournier, que je n’allais tout de même pas me priver de ce plaisir. Ça y est ! Ils donnent le top départ avec coup de foudre à l’envers et envoient déjà du lourd. À peine ont-ils commencé qu’on est déjà en train de se remuer. Rien à foutre que le mec derrière mate d’un mauvais oeil mon cul en train de se dandiner comme celui d’une dinde. Rester assis me paraît criminel. « je suis une nuage » et j’en profite à fond.
J’ai dansé au rythme endiablé de leur musique pendant 1h30. Je me suis rendue compte que je connaissais les paroles par coeur (merde Déborah, ‘va falloir varier un peu de disque là !). Aucun doute que si je passais à « N’oubliez pas les paroles spécial Mustang », j’aurai tout bon. En revanche, il faudra vous boucher les oreilles pour éviter toute séquelle auditive.
Ils ont fait des chansons de leurs trois albums Le sens des affaires, tabou et A71 dont la plupart de mes préférées tels que Les oiseaux blessés, le pantalon (je suis d’accord la meilleure) ou encore La princesse au petit pois. Et mieux encore, ils nous ont présenté des morceaux de leur nouvel album. (Dites-moi que c’est pour bientôt… Deux mois c’était déjà long pour vous voir…)

Ils ont fini en beauté avec en rappel Anne Sophie et Pia pia pia. La seule musique qui a manqué c’est Ce n’est pas toi, mais tout le reste était parfait. Pas le temps de reprendre son souffle, c’était une plongée dans du rockabillye intense, où nos pieds bougent tout seul, comme possédés par la batterie, la guitare et la basse. C’était bon. Tellement bon, que je ne m’en remets toujours pas.

Je peux mourir en paix maintenant que j’ai vu la Femme et Mustang. En fait non, pas tout de suite… Il faut d’abord que je les revois en concert et que j’ai leur album dédicacé ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s