Une larme de joie

une-larme-de-joie-kevin-iacobellis-9782310013253

Résumé : 23 ans, mes parents m’ont laissé seul dans ce vieux monde. Papa est décédé d’une tumeur au cerveau et maman s’est suicidée. Aujourd’hui, je suis confronté tous les jours à leur absence. Malgré les circonstances, je continue de vivre comme si ma vie reprenait un certain sens, comme si j’avais le droit de fermer cette porte derrière laquelle se trouvent mes parents. Je n’ai rien pu faire pour sauver mon papa, ni même ma maman, mais je suis devenu différent en acceptant le choix de ma maman.

Pour la première fois, depuis que ma maman est partie rejoindre mon papa, j’ai décidé d’ouvrir mon cœur et de verser une larme, une larme que j’intitule Une larme de joie. Je vous invite à me suivre dans cette histoire qui reprend mes peines, mes regrets et mes choix face à la vie.

Mon avis: Tout d’abord, je tiens à remercier Kevin Iacobellis pour m’avoir envoyé son autobiographie en service presse.

Kevin recueil à l’intérieur d' »une larme de joie » ses pensées suite au décès de ses parents. Dès la quatrième de couverture, le ton est donné. Il ne s’agit pas d’un de ces livres qui nous permettent de nous détendre, mais au contraire nous confronte à la terrible réalité: la mort. Le jeune homme perd son père après un long combat contre la maladie, puis sa mère brutalement ! Celui-ci se démène comme il le peut pour faire face à ces épreuves, pour ne pas se laisser noyer sous un torrent de douleur.  Il montre la force que peut avoir des mots posés sur une feuille car il trouve en l’écriture un réconfort, une thérapie.

Je m’attendais à ce qu’une larme de joie soit véritablement déprimant, mais en fait non. Dès les premières lignes j’ai été happée dans le tourbillon infernale de sa peine, à l’enterrement de son père, puis à celui de sa mère. Grâce au style oral de l’auteur nous avons le sentiment que c’est un ami qui nous confie ce qu’il est en train de vivre et que nous sommes l’épaule bienfaitrice. Ce que je regrette en revanche ce sont les répétitions et principalement de « mon papa » et « ma maman ». L’association de ces deux mots donne un côté enfantin, que je ne trouve pas appropriée. De même, Kevin écrit au fil de la plume, si bien que le récit n’est pas structuré. Il passe d’un sujet à l’autre, ce qui m’a perturbée dans ma lecture. Nous avons le sentiment que le manuscrit n’a pas été retravaillé, que nous sommes face à un texte brut. Je ne saurais dire si c’est une bonne chose ou non, car d’un autre côté cela renforce son authenticité. L’auteur écrit, écrit, jusqu’à n’en plus pouvoir, pour se soulager, cependant, nous (lecteur) avons l’impression qu’il nous raconte des choses superflues pour combler des blancs. Il le fait probablement pour éviter de penser à ce qui le touche réellement, mais le fait que nous sachions quelle étude fait Kévin n’apporte rien à l’avancement du récit par exemple. Que nous soyons plongé dans son quotidien est intéressant, mais il ne le creuse malheureusement pas assez et passe à côté de l’essentiel.  Au lieu de cela, il s’encombre de détails superflus tel que nous raconter qu’il a une télévision « en qualité full HD et avec un son Dolby Digital 5.1 ».

En revanche, les questions sur l’existence humaine que l’auteur se pose apporte une vraie profondeur à son histoire. Le fait qu’il soit confronté à la mort de ses parents, l’amène à s’interroger sur de nombreux sujets et également sur lui-même. Parfois, il fait fausse route dans ses raisonnements, mais d’autres fois il pointe la vérité du doigt.  Ce que j’ai adoré, c’est lorsqu’il explique les phases par lesquelles il passe pour faire le deuil de ses parents. Kevin est perdu et cherche également à se connaitre. Kevin parvient à accepter leur absence, même si la douleur est toujours présente, il y a donc une progression. Aux yeux de certains lecteurs celle-ci paraitra minime, mais pour faire disparaitre le manque, cela prend du temps, beaucoup du temps. C’est aussi ce qui nous rappelle que nous ne sommes pas dans un roman !

Dans l’ensemble je dirais que c’est un récit vrai qui traduit les sentiments de l’auteur. Je recommanderai cette lecture aux personnes qui ont perdu des proches et qui ont du mal à l’accepter. La thérapie peut également passer par la lecture !
J’espère que depuis Kevin va mieux et est parvenu à trouver la voie du bonheur, de son bonheur…

Acheter le livre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s