Même les petits auteurs se font plagier.

Ce matin, suite à une discussion autour du plagiat, je me suis mise à faire quelques recherches sur la plateforme de Skyblog afin de vérifier si certains de mes textes ne trainaient pas encore sur le net. J’avais déjà remarqué il y a quelques années que certains d’entre eux avait été copier/coller puis mis en ligne: un pur acte de barbarisme en soit, lorsqu’on sait le temps qu’on a mis à le concevoir et qu’il vient du plus profond de nous-même. Je n’ai pas eu besoin de chercher longtemps: j’ai inscrit les premières phrase d’un texte où j’avais fait mon portrait, que skyblog m’a sorti 10 articles correspondants, sans compter les personnes qui l’ont mises sur leur profil. Amusant n’est-ce pas ? Oui, ça peut l’être lorsque vous savez que ces personnes que vous avez contactées plutôt, ne se sont jamais données la peine de le supprimer. Un peu moins, lorsque ce plagiat date de 2012  alors que avez retiré votre texte depuis au moins 2009 car il allait faire l’objet d’une publication . Et la plaisanterie devient soudain beaucoup moins drôle, lorsque vous vous rendez compte qu’une personne a plagié une partie de votre livre pour le mettre à libre disposition de tous, sans omettre qu’elle s’est réappropriée à son gout certains de vos textes. Probablement une ancienne lectrice de « June’s box », je ne vois pas d’autre solution possible.

Elle prétend être l’auteur des textes qu’elle a mis sur son blog.

Lorsqu’on voit cela, on ne peut s’empêcher d’être révolté et à la fois flatté. Pourquoi flatté me demanderiez-vous ? Certainement car cette jeune fille de 13 ans s’est reconnue dans mes mots et que c’était sa façon à elle de raconter son histoire. Son geste est certes maladroit, mais j’ai du mal à me dire que cette personne a créé un blog en relatant son histoire et en grande partie la mienne, dans l’unique but de me porter préjudice. Tout le monde n’est pas à l’aise pour manier les mots et c’est la raison première pour laquelle j’ai publié. Pour faire passer un message, pour que mes mots allègent leur fardeaux, pour qu’ils se reconnaissent dans mes écrits et que cela les amène à réfléchir sur eux-même. J’ai relaté mon histoire, mais elle aurait pu être celle de n’importe qui, j’y ai juste mis la forme.  J’en viens même à avoir de la compassion pour cette jeune fille qui aurait aimé être June.

Bribes de textes de « June’s box »

N’en doutez pas, je suis contre le plagiat. En effet, le plagiat est un fléau contre lequel on ne peut, malheureusement, pas grand chose, bien qu’il soit si simple de mettre en bas de page: « provient de… ». Cependant, dans toute chose négatif, il  y a du positif, il faut donc savoir relativiser et voir les choses sous un meilleur angle. Même vous si vous sentez atteint dans votre estime, que vous avez le sentiment d’être volé, menacer d’aller en justice (sauf si vous en avez l’intention véritable) et être agressif n’est pas digne d’un auteur, cela vous mets en position de défaut et de faiblesse. Moi-même ne pouvant pas joindre cette personne et étant donné que le blog date de plus d’un an, j’ai signalé son blog auprès de la plateforme afin que tout texte m’appartenant soit supprimé: agir reste encore le meilleur moyen. Je contacterai probablement les personnes qui ont encore un blog actif en leur demandant de signaler la source, pour le reste il n’y a pas grand chose à faire. Il ne s’agit que d’un texte isolé et si des personnes se reconnaissent dedans alors j’ai envie de dire: tant mieux. N’est-ce pas un bel hommage ?

Le texte original qui a fait l’objet de nombreux plagiat. Cliquer pour le lire.

Mais savez-vous ce que je regrette ? C’est que l’auteur de ce texte tant apprécié se soit perdu. Désormais, plus aucun plagiaire ne sait d’où il provient, il l’attribue probablement à une autre personne, si bien que je n’ai plus le sentiment d’en être totalement propriétaire. En le remettant en ligne, j’ai la sensation de réparer le préjudice qui m’a été causé au travers de ces nombreux plagiats. En effet, bien que je l’avais modifié, mon directeur d’ouvrage m’a conseillé de ne pas le mettre dans « la boîte de June », vous retrouverez donc uniquement ces phrases éparpillées dans mon livre (j’hésite d’ailleurs à le remettre). Si certains souhaitent de nouveau le mettre sur leur blog, cela m’est également, car lumière a été faite, et chacun sait que j’en suis l’unique propriétaire

Il est probable que d’autres de mes textes se baladent actuellement sur la sphère internet, cependant faire la traque au plagiat me prendrait un temps fou et je préfère grandement profiter de ce temps à produire d’autres textes ou à poursuivre mes projets.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Une jolie plume que je découvre…

    J'aime

    1. Je te remercie 🙂 ton commentaire me flatte.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s